Zonage plus fin ou encadrement des frais de commercialisation ; l’avantage fiscal associé au neuf est en passe d’être améliorer.

A priori, on a connu moment plus propice pour investir dans l’immobilier neuf. Avec une baisse de 14% sur un an des mises en vente de programmes, l’offre disponible ne cesse en effet de se restreindre, notamment du fait de la frilosité de maires à l’approche des élections municipales. Si bien que dans des métropoles comme Strasbourg, Nantes, Montpellier ou Rennes, ainsi qu’en Ile-de-France, les stocks ne dépassent pas neuf mois de commercialisation, selon la Fédération des promoteurs immobilier (FPI). Pour ne rien arranger, ce début de pénurie permet aux constructeurs de vendre leurs lots toujours plus cher, avec des tarifs en hausses de 4,7% sur un an, fin 2019.

Retrouvez l’intégralité de l’article dans le Capital de mars 2020.