Quentin Pérez de Tudela réalise pour Le Monde du 16 juillet une critique sur 1730, Paris s’éveille : 

Comment rendre attractive cette discipline des sciences humaines nommée l’archéologie du paysage sonore ? En s’y prenant comme la journaliste Morgane Remy qui, dans son documentaire 1730, Paris s’éveille, donne la parole à l’historienne Mylène Pardoen dont le désir est de faire « sentir l’histoire du quotidien par le sensible ». A l’aide de témoignages, de traces écrites, de tableaux et de gravures, cette dernière a reconstitué « une fresque sonore », c’est-à-dire l’ambiance du Grand Châtelet au début du XVIIIe siècle. Cette bande-son de huit minutes résume huit années de travail. Mylène Pardoen nous fait découvrir une ville où le Parisien d’aujourd’hui perd ses repères. L’expérience auditive est savoureuse. Suivez le guide !

Lire la suite de la critique sur le site du Monde