Gel hydroalcoolique

Voici la série de podcasts « Covid-19 », pour l’Usine Nouvelle. Chaque semaine, je raconte comment les industriels ont réagi en situation de crise.

Episode 1 – comment Tereos s’est lancé dans la production de gel hydroalcoolique

Le sucrier Tereos explique comment il a pris la décision de produire du gel hydroalcoolique dans cinq de ses usines françaises.

Ecoutez le podcast – épisode 1 en ligne sur L’Usine Nouvelle

Tereos, le géant du sucre français, a réorganisé cinq usines pour produire en masse une solution hydroalcoolique. Les sites concernés sont situés à Artenay (Loiret), Origny-Sainte-Benoite (Aisne), Lillers (Pas- de-Calais), Connantre Morains (Marne) et Nesle (Somme) dans les Hauts-de-France, le Grand Est et le Centre-Val de Loire.

Ces usines disposent du savoir-faire nécessaire à la fabrication d’alcool pharmaceutique et ont déjà livré aux Agences régionales de santé (ARS) plusieurs milliers de litres depuis le début de cette semaine. Cette reconversion est un geste gracieux réalisé par l’entreprise, en soutien aux personnels soignants mobilisés. Olivier Leducq, directeur de Tereos Sucre Europe, raconte à L’Usine Nouvelle comment la décision a été prise et ce que cela implique.

Episode 2 : Comment Lippi a pris (collectivement) la décision de fermer son usine

Deuxième épisode de notre podcast consacré à la réaction des entreprises françaises face au Covid-19. Direction la Charente, dans l’entreprise Lippi, qui fabrique des portails. L’un de ses dirigeants explique comment la PME a pris la décision de stopper son activité.

Écoutez le podcast – épisode 2 en ligne sur L’Usine Nouvelle

La crise du Covid-19 amène des industriels à se réinventer et à soutenir l’effort des soignants (écoutez l’épisode 1, comment Téréos s’est lancé dans la production de gel hydroalcoolique). Mais de nombreuses entreprises sont en réalité obligées de fermer, alors que l’activité ralentit.

C’est le cas de la société Lippi (30 millions d’euros de chiffre d’affaires), producteur de portails, clôtures et mobiliers d’extérieur, basée à Mouthiers-sur-Boëme, près d’Angoulême (Charente).

Cet industriel a également pour particularité d’être une entreprise dite libérée. Les 20 managers de la société ont géré, de manière collégiale, la suspension de l’activité, faute de commandes.

Pierre-Yves Laurent, l’un des managers, qui est directeur de la marque, nous explique comment ils ont pris la décision d’arrêter la production. Lippi informe en continu l’ensemble de ses salariés et prépare déjà le redémarrage de son activité. « Nous avons des collaborateurs qui nous appellent parce qu’ils veulent reprendre le travail« , assure Pierre-Yves Laurent.

Episode 3 : Comment PSA soutient Air Liquide dans la production de respirateurs

Face au Covid-19, il y a le recul du carnet de production, la fermeture de l’usine puis le chômage technique (écoutez l’épisode 2, Comment Lippi a pris la décision de fermer son usine). Cependant, les industriels ne sont pas uniquement les victimes de la crise. Ils sont acteurs et se mobilisent pour lutter contre le coronavirus, en produisant du gel hydroalcoolique, des masques ou même des respirateurs.

Air Liquide, un constructeur français de ces appareils indispensables aux malades en détresse respiratoire, accélère la cadence. Mais, à l’impossible nul n’est tenu : des « points bouchons » l’empêchent d’accélérer la cadence à l’infini. Pour faire lever ces freins, l’industrie – notamment automobile – monte au créneau. La solidarité joue. Un consortium se crée autour de la filiale Air Liquide Medical Systems (ALMS), avec PSA, Schneider Electric et Valeo pour produire 10 000 respirateurs artificiels en 50 jours.

Yann Vincent, le directeur industriel de PSA, nous raconte comment le constructeur automobile aide, avec un atelier de production à Poissy et la mise à disposition de salariés du groupe. 

Écoutez le podcast – épisode 3 en ligne sur L’Usine Nouvelle

Retrouvez l’intégralité de mes podcasts journalistiques sur ce site.

Vous pouvez aussi retrouver les podcasts corporates que je réalise pour des associations, des évènements et des entreprises sous ma marque Reporters&Cie.