Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Quand il fallait devenir un homme pour vivre en femme libre.

Dans une société albanaise traditionnellement dominée par les hommes, les femmes qui souhaitaient être libres n’ont longtemps pas eu d’autre choix que de renoncer à leur identité sexuelle.
Après autorisation de leurs familles, des jeunes filles qui en exprimaient le désir avaient la possibilité de travailler et de participer à la vie publique. Le prix de cette liberté ? Faire vœu de chasteté et renoncer à fonder une famille.

Morgane Remy est allée pour France 24 à la rencontre de ces « Burrneshë », ces « femmes-hommes » dont il ne reste aujourd’hui qu’une dizaine. Ces « vierges jurées » ou « vierges sous serment », comme les désignent les anthropologues, peuvent être chrétiennes ou musulmanes. Elles ont traversé l’histoire contemporaine de l’Albanie, survécu à la dictature communiste de Enver Hoxha et aux balbutiements de la démocratie moderne. France 24 vous donne à entendre leurs voix… avant que celles-ci ne s’éteignent probablement à jamais.

Les vierges sous serment sont l’héritage d’une tradition ancrée dans les montagnes du nord de l’Albanie, où le code du Kanun, droit coutumier médiéval, a fait loi jusqu’au XXe siècle. Les premières vierges sous serment ont souvent été des combattantes, qui enfilaient le pantalon et prenaient les armes pour défendre le nom de leur famille, sur fond de guerre ou de vendetta. Leur lutte s’est mue à l’époque contemporaine en résistance à un ordre établi extrêmement patriarcal. En faisant vœu de chasteté, elles pouvaient espérer gagner une liberté que seul le statut d’homme pouvait offrir. C’est cette génération qui disparaît aujourd’hui.

=> Retrouvez l‘intégralité de ce web documentaire sur France 24.
N’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux.