En matière de placements aussi, il est possible d’agir « local » ! Ainsi, vous contrôlez mieux la manière dont sont utilisées vos économies et vous contribuez à dynamiser le tissu économique de votre région.

Pour remporter ce pari, vous avez désormais le choix. Trois types de produits se sont développés, avec des niveaux de risque et de rémunération différents. Le placement le plus accessible et le plus simple est celui des livrets régionaux, lancés ily a trois ans dans le réseau du Crédit Agricole. « Nous proposons un livret régional afin de renforcer les ressources en liquidités des caisses régionales, qui peuvent ensuite accorder plus de crédits aux entreprises locales », explique Olivier Gavalda, directeur du pôle Caisses régionales du Crédit Agricole.

Mais si vous voulez savoir précisément comment est utilisé votre argent, mieux vaut voustourner vers l’offre plus récente de la Caisse d’Epargne. « Dans le cadre de notre fonds régional rémunéré à 1,75 %, nous venons par exemple d’informer les souscripteurs que nous avons financé une galerie marchande à Dijon et un viticulteur, deux projets créateurs d’emplois », témoigne Sébastien Conte, directeur distribution multicanal et marketing de la Caisse d’Epargne Bourgogne Franche-Comté. Côté rémunération, en revanche, pas de miracle. Ainsi, au Crédit Agricole, comptez entre 1% et 1,5% brut selon les caisses. Un taux écorné par l’impôt sur les revenus et les prélèvements sociaux.

Une Bourse régionale pour soutenir des PME locales

Autre solution, plus risquée mais offrantun potentiel plus grand : le financement de PME locales. Surfant sur cette idée, une Bourse régionale s’est ouverte cet été à Lyon. Après plus de septans de travail, la chambre de commerce et d’industrie de Lyon a lancé Place d’Echange, permettantaux habitants de la région de soutenir des PME locales dans unelogique de long terme. Un comité indépendant sélectionne très rigoureusement les dossiers, notamment sur des critères de solidité financière. La première cotation a été un succès : 130 particuliers ontinvesti entre 1 000 et 24 000 euros dans le capital d’Euroglass, société iséroise spécialisée dans la production de surfaceuses à glace pourpatinoires.

D’autres cotations sont en route. « Nous allons aussi accompagner prochainement d’autres régions, notamment celle du Nord qui s’est déclarée intéressée », explique Philippe Valentin, président de Place d’Echange. Pour accompagner des sociétés de taille plus modeste, il est possible de se tourner vers le crowdfunding (voir p. 67), certaines plates-formes développantune activité régionale, comme Alsace Innovation dans l’Est, ou Ulule qui propose des pages régionales.

Enfin, accompagner les petites et moyennes entreprises de vos régions est également possible parle biais des fonds d’investissement de proximité (FIP). Ces produits ont notamment comme cahier des charges d’investir dans quatre régions limitrophes. Avantage : ils sont pilotés par des professionnels. Inconvénient: vous ne choisirez pas les sociétés soutenues.

Les FIP pour concilier proximité et avantages fiscaux De plus, comme tout investissement dans des petites entreprises non cotées, ce produit est risqué et doit être limité à une poche de diversification. D’autant que ces fonds peuvent être bloqués jusqu’à dix ans. Cependant; fiscalement, le produites tavantageux. Au-delà de cinq ans de détention, les plus-values ne sont pas imposables. De surcroît, vous bénéficiez d’une réduction d’impôt sur le revenu de 18% de la mise, dans la limite de 12 000 euros par personne.


Retrouver le dossier complet – Donner du sens à votre épargne dans MIEUX VIVRE VOTRE ARGENT / NUMÉRO 395/ DÉCEMBRE 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *